26/11/2007

Getting there!

Ghello Folks,

 Itsa me again … cause of sickness I’m way behind … but I’m alright … het kruipt in mijn kleren this country … I try to resume tze last weeks … for more details check what the others wrote … they did very well … itsa good for your French …Greetingz, Latzi

20/11/07 Last night we arrived back in Bukavu and today we’re going with War Child to the province of Walungu to play in two little villages where their having a big festival to celebrate the day of children rights.Man oh man … the ride up there was so beautiful … folks this is really my favourite spot so far in Congo … hills … red sand … but behind the hills are the militias hiding … I’m getting sick (as well literally) of this contrast between beauty and war …It seems that the two villages we’re going to been heavily attacked during the war …

It’s great to travel a little bit … on the road … stop … show time … on the road …


Cmsf II

In  Barale with War Child.

Our first show was great … our trio is getting in great shape … At night I had to stay with some monks in the village … had great discussions with them about culture, art, relations, marriage, vegetarism, nature … big arguments but I stood firm and got respect … it’s a different world out here, but eventually they started to understand where we’re coming from … 

Walungu221107

Walungu: Centre pour enfants soldats

21/11/07 Hospital time in the morning … a tuff one … the questions are getting to us … we’re sick of it … but in the end we had a very nice moment together.Show was alright …In the evening got back in Bukavu where were staying with a very nice guy from Gent … yep me talk my language again … but unfortunately I’m getting ill … this last week will be tuff according to our physical ability … my body’s finished, but I won’t give up … but what would you expect we almost play two shows a day … and until next Wednesday we only have one afternoon free …  22/11/07 In the morning  we played in SACD an open centre for ex-child soldiers … once again a local NGO who’s doing a great job … beautiful centre … great chief … nice kids … a lot of respect to the people running it … and Save The Children who are helping them … this is the way to go folks local NGO’s aided by bigass NGO’s. 

Afternoon a show in Bagira (outside Bukavu) organised by M.S.F. … fun show … but once again those questions …

 Nous sommes le lundi 19 Novembre

En revenant de Katana, la 2éme maison de mama sifa située dans la nature. Pour subvenir aux besoins ils travaillent les champs et élèvent les vaches, plus quelques prêches de mama sifa. En accompagnant les enfants à l’école, Zoé décide de jouer pour l’école le midi. Après palabre avec le directeur, en deux fois car il faut l’accord des autorités religieuses, nous jouons à 12h45 pour la sortie des cours et les habitants du village.

Revenons à vendredi et samedi à Bukavu. L’ambiance est incroyable, le son du tambour est omniprésent, nous dansons et chantons dés l’arrivée jusqu’ à plus soif, ils sont intarissables. Tout est bon pour chanter et danser. La prière est ainsi rythmée. Bien que l’habit blanc soit de rigueur, les chants et danses prennent vite le pli et nous nous retrouvons à frapper des mains, des pieds, de la tête, du pet tout en chantant le shabbat en swaéli ( surréaliste) et ça ne s’arrête jamais. Nous vivons enfin en couleur locale, quel pied !

Le surnombre dans un petit espace n’a pas l’air pesant, ils sont ensemble et tous, du plus jeune au plus vieux d’une pureté et d’un respect mutuel simple et beau. Ils n’ont pas de problème d’ego, quelle force !

Au bout de 3 jours, nous sommes sollicités pour de l’aide matérielle pour l’orphelinat. Cela est difficile car nous n’avons pas les moyens mais nous sommes si bien accueillis. Nous avons le cœur et le ventre noués d’être devant leur réalité, l’école est chère, beaucoup de monde à nourrir et nous, de passage avec seulement notre cœur à offrir. La confrontation à la difficulté de la vie d’ici est plus rude lorsqu’on se lie d’affection. Nous sommes impuissants devant les espoirs, les attentes, les souhaits qu’ils posent en nous. Ils ont des difficultés à comprendre qui nous sommes matériellement car le cœur, ils le trouvent plus vite.

 

Mercredi 21 Novembre

Nous rentrons de 2 jours dans les montagnes avec War child dans la région de Walungu.

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant nous jouions pour 2 communautés, ici les habitants parlent le machi et pas le swaéli nous avons donc du faire quelques réglages linguistiques. Nous n’étions pas les seuls en scène, il y avait aussi les troupes locales de danse et de théâtre qui mettaient en scène les droits de l’enfants. Durant l’événement nous avions la place d’invités d’honneur car les mouzougou (blancs) sont rare dans la région.

Hébergés par les sœurs pour Zoé et moi et les frères pour Lars, nous ressentons bien l’importance prise par la religion au Congo : Ici, les athées n’existent pas. Chrétiens ou protestants sous plusieurs formes, parfois extrêmes, musulman ou même quelques très rares bouddhistes sont les seules possibilités spirituelles. Nous jouons aussi pour l’hôpital avec un chouette moment d’improvisation musique danse dans la cour.

Un dernier mot sur la nature verdoyante autre que les images que l’on peu avoir de l’ Afrique, avec de grands eucalyptus et cyprès, plus on monte en altitude, ici 2000m plus ils sont hauts et la terre est toujours aussi rouge, magnifique.

Cmsf 001s

En route pour Walungu... 

Jeudi 22 Novembre

Grande journée, ce matin avec Save the children nous voyons le centre SACD dirigé par un directeur énergique. Les enfants ici, sont pour beaucoup d’anciennes recrues des milices (soit, soldats, soit cuisiniers ou esclaves sexuelles…) aussi des victimes de la pauvreté…

Une ambiance joyeuse et colorée avec des adolescents vivants et motivés, ainsi les ateliers étaient très agréables à donner, bon moment de partage. Ce qui fait plaisir aussi, c’est de trouver au centre un groupe de théâtre et de danse. Ils sont en action, déjà créatifs et en développement contrairement à d’autres lieux ou l’on sentait plus l’attente que l’action, bravo !

Encore pris par le temps, nous partons jouer devant l’hôpital de Bagira ou MSF hollande s’occupe des sidéens. Les habitants se sont joints aux patients pour former un public énergique. En lieu ouvert, il est parfois dur de les cadrer car pris par le jeu, les enfants débordent d’énergie, Mais soit, c’est une preuve de grand intérêt. Ainsi nous rencontrons les enfants sans structures qui ne savent pas bien où sont les limites. Vaille que vaille, toujours du bon.

Malo

 

11:08 Écrit par Laloe dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.